Accéder au contenu principal

Récital en sonnet – l’avant campagne – épisode 1

Une campagne est avant toute chose une aventure humaine. La nôtre commence, pour une partie d’entre nous, en 2014. 

Au lendemain des résultats des élections municipales de 2014 lors desquelles nous perdons de 86 voix, nous décidons de maintenir notre équipe. 

Nous partîmes 35 ;

Par de promptes trahisons, beaucoup n’arrivèrent jamais au port…

En politique, nous vivons souvent des dilemmes cornéliens. Si le choix n’est pas tout à fait entre les deux valeurs fondamentales que sont le devoir et l’amour, il s’en approche beaucoup. Le devoir pourrait être comparé à l’intérêt collectif quand l’amour est beaucoup plus personnel et pourrait être apparenté à ses propres désirs, à son ego.

En 2014 donc, nous créons une association, l’UFAID : Unis et fiers d’Alençon (nom de notre liste aux municipales) Imaginons demain (pour préparer 2020). Christine Roimier et Philippe Drillon étaient à l’origine de l’UFAID. Nous avons travaillé 5 ans autour de thématiques essentielles permettant aux membres du groupe de connaître le tissu économique, la formation, les associations importantes du territoire… Ces ateliers pouvaient se définir comme un cercle de réflexion libre, humaniste et indépendant de toute appartenance politique. Près de 5 ans de travail régulier. L’UFAID fonctionnait et devait être un soutien pour les futures municipales. Les premières réunions étaient encourageantes. Nous avions un socle solide pour bâtir un nouveau projet pour notre ville.

La seule ombre au tableau, il allait falloir choisir une tête de liste.

Plusieurs personnes se dégageaient, ou du moins, avaient la volonté de devenir leader. L’enjeu étant les municipales, il fallait qu’une tête de liste émerge. 

En 2016, les principaux partis historiques ont pensé se sortir d’une mauvaise période en organisant des primaires. Le résultat a été catastrophique pour eux car ni la droite, ni le centre, ni la gauche n’étaient au second tour des élections présidentielles. Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui n’avaient pas eu besoin de primaires étaient les deux candidats. De plus, les divisions internes ont facilité l’explosion des partis traditionnels en nous divisant.

Pour notre groupe, je savais donc qu’un vote classique désignant la future tête de liste ne ferait que semer la discorde entre nous. Chacun aurait eu son candidat préféré et aurait été déçu du résultat. Le gagnant n’est, finalement, suivi que par une partie mais rarement par l’ensemble.

Nous avions donc envisagé de trouver un accord entre les trois potentiels leaders. 

à suivre…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :